Favoriser un leadership de coeur

Pourquoi favoriser un leadership de cƓur ?

De nos jours, le leadership descendant et pyramidal perd de plus en plus de son efficacitĂ©. Il laisse place Ă  de nouvelles pratiques et façons d’agir appelĂ©es les compĂ©tences « subtiles ». leadership de cƓur

  • De l’ego Ă  l’Ă©co  

Les compĂ©tences « subtiles » sont doubles :  Ă  la fois difficiles Ă  dĂ©finir en raison de leurs caractĂšres intangibles. En effet, elles sont justes, sagaces, et pĂ©nĂ©trantes pour quiconque les applique.   

Si on parle de direction, on pense naturellement Ă  la notion de « pouvoir » coercitif. On a tendance Ă  se reposer sur son savoir et ses acquis pour informer son Ă©quipe. Or, quand on incarne la direction, informer n’est pas suffisant. La subtilitĂ© va rĂ©sider dans le fait que les followers ne vont plus suivre l’ordre dictĂ©. Au contraire, ils vont adhĂ©rer par effet d’Ă©mulation. Il est donc utile de savoir user d’intelligence Ă©motionnelle et de gestion relationnelle pour mieux tirer parti de la puissance du collectif.  

Ce succĂšs passe notamment par le « presencing ». C’est l’intelligence d’un leader avec une prĂ©paration mentale suffisante pour ĂȘtre « pleinement prĂ©sent » devant les autres. Il doit pouvoir mobiliser l’attention des autres sans la centrer sur lui-mĂȘme.   

Ces compĂ©tences « subtiles » nous invitent Ă  faire un dĂ©placement de l’Ă©gocentrisme vers l’Ă©co-centrisme. Le reflet d’une plus grande maturitĂ© de leadership.

  • Le leadership dit spirituel  

La principale subtilitĂ© associĂ©e Ă  ces nouveaux « mouvements » de leadership est certainement qu’ils osent croiser le domaine. Cela avec des aires de rĂ©flexion qui semblent Ă©loignĂ©es des notions traditionnelles. Par exemple, les leaderships progressiste, Ă©motionnel, bienveillant, “leadership spirituel » Ă©tant l’oxymore le plus percutant. 

Dans la sphĂšre managĂ©riale, le terme de « spiritualité » semble suspect. Ce terme fait instinctivement rĂ©fĂ©rence Ă  une figure religieuse menant ses croyants. Au contraire, pour les adeptes de la spiritualitĂ©, le concept de leadership et son association au profit dĂ©naturent l’idĂ©e de transcendance. Le  »leadership spirituel » est donc antinomique puisqu’il allie l’immatĂ©riel au matĂ©riel. Pourtant, il rencontre aujourd’hui un engouement en entreprise. Cela, par la nĂ©cessitĂ© d’intĂ©grer ces critĂšres plus « subtils » dans les indicateurs de rĂ©ussite managĂ©riale. En effet, il propose d’explorer une dimension reliĂ©e Ă  la gouvernance prĂ©sentant le « followership ». Non comme soumis Ă  une hiĂ©rarchie « technocrate » mais comme une figure charismatique qui incarne les informations.  

TrĂšs dĂ©veloppĂ© Ă  l’Ă©tranger, le leadership spirituel bĂ©nĂ©ficie d’un intĂ©rĂȘt croissant en France.   

La subtilitĂ© consiste donc Ă  comprendre Ă  quel point c’est important pour un leader qui veut inspirer ses « suiveurs ». Et cela ne peut se faire sans une vision claire du « sacrifice de soi » qui est fondamental dans le leadership spirituel.  

  • Le leadership de cƓur  

Le leader d’aujourd’hui ne peut pas se permettre de se perdre dans une empathie non maĂźtrisĂ©e face Ă  ce qu’il traverse. Il pourra rĂ©aliser ce qu’on appelle une « permaculture sociale » en proposant une approche Ă©conomique symbiotique liant l’intelligence et la responsabilitĂ© individuelles au collectif. Autrement dit, les dĂ©chets des uns sont la matiĂšre premiĂšre des autres.   

Dans cette acception, le leader et le « follower » sont les deux faces d’une mĂȘme piĂšce faisant tourner l’économie. Apporter de la fiertĂ© Ă  l’un peut avoir des vertus sur l’autre puisque tous deux sont intimement connectĂ©s. C’est le « leadership de cƓur » : un leadership bienveillant et humain qui renvoie au « courage » d’ĂȘtre soi face aux autres, et pour les autres.

Source: Harvard Business Review France