Six femmes qui ont marqué l’année 2021

Engagées, dénonciatrices, pionnières.Ces six femmes engagées, dénonciatrices, pionnières, qui ont marqué l’année 2021 

Elles ont façonné 2021 par leurs actes héroïques, leur courage ou leur charisme. Malgré la pandémie de Covid 19 en cours, 2021 a été caractérisée par la reprise des grands événements sportifs, notamment les JO. De nombreuses championnes ont brillé, se sont fait remarquer, se sont exprimées haut et fort, et ont parfois mis en cause les violences faites aux femmes.  

Également, la situation des femmes afghanes est préoccupante après que les talibans ont repris le pouvoir à Kaboul et que les décennies de progrès social des femmes afghanes ont été anéanties.  

En politique,  la chancelière Angela Merkel démissionne en 2021 et cède la place à un homme du nom d’Olaf Scholz. Une autre femme apparaît en Afrique, et Najla Bouden en Tunisie est la première femme à diriger un gouvernement dans les pays arabes. 

  • Clarisse Cremer, la femme la plus rapide du monde en monocoque  

Le 3 février 2021, la navigatrice française a battu le record féminin du tour du monde en solitaire en monocoque et sans assistance, record détenu jusqu’ici par la Britannique Ellen MacArthur.  Clarisse devient la femme la plus rapide de cette aventure sportive, et la septième seulement à terminer cette régate réputée dangereuse.  Elle a bouclé son tour du monde en quatre-vingt sept jours, deux heures, vingt-quatre minutes et 25 secondes, arrivée en deuxième position au Vendée Globe.  

Les femmes ont longtemps été exclues du monde de la navigation. Ce n’est qu’à partir des années 1970 que les courses se féminisent. À l’instar de Florence Arthaud, ou d’Ellen Mac Arthur, Clarisse Cremer écrit à son tour une nouvelle page de l’histoire.   

  • Clarisse Agbégnénou, une championne olympique engagée pour les femmes  

À 28 ans, la quintuple championne du monde de judo a décroché l’or à Tokyo le 27 juillet, seul titre qui manquait à sa carrière. Son engagement et son énergie ont fait de Clarisse Agbégnénou l’un des symboles du sport français. 

Cette ancienne adjudant de gendarmerie promeut l’accès des jeunes filles aux sports, aux jeux et aux métiers considérés comme masculins.  

Sur le terrain, l’effet Agbégnénou fonctionne, et des clubs de judo constatent un engouement des jeunes Françaises pour la discipline. 

  • Le courage des Afghanes face aux Talibans  

Fin août 2021, les Talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan après la chute de Kaboul. Malgré les risques, dans les mois qui ont suivi, des dizaines d’Afghanes ont défilé dans plusieurs grandes villes du pays, réclamant leur droit à l’éducation, au travail et à la représentativité politique. Résultat : arrestations et intimidations en masse. 

Le 5 novembre, les corps criblés de balles de quatre militantes ont été retrouvés dans une fosse de Mazar-i-Sharif, située dans le Nord. Parmi ces victimes figurait Forouzan Safi, une militante des droits des femmes très active dans le pays et dans les manifestations organisées dans cette ville.  

Si les Talibans se sont engagés à gouverner moins brutalement que dans les années 1990, les femmes sont toujours largement exclues de la fonction publique, de l’accès à l’éducation secondaire et elles risquent des représailles si elles sortent dans l’espace public sans être accompagnées par un tuteur masculin.  

Les Afghanes sont aussi les premières victimes de la crise économique qui frappe le pays, désormais isolé sur le plan international. Des journalistes de France 24 ont rapporté des cas de ventes de fillettes par leurs mères pour subvenir aux besoins du reste de la famille.  

  • Najla Bouden, première femme à la tête d’un gouvernement dans un pays arabe  

Inconnue du grand public, Najla Bouden a été nommée Premier ministre de la Tunisie par le président Kaïs Saïed fin septembre 2021, à la surprise générale. Jamais une femme n’avait occupé ce poste dans le pays, ni dans le monde arabe.  

Née en 1958, cette scientifique de formation, docteure en géologie, a été chargée de mission, puis directrice générale au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Avant sa nomination, elle était chargée d’un projet de réforme universitaire.  

Les observateurs de la politique tunisienne s’interrogent sur la nomination de Najla Bouden à la tête du gouvernement, alors que le Président est plutôt connu pour ses positions conservatrices sur la question des mœurs. D’autres s’interrogent sur sa capacité d’action, dans un contexte où Kaïs Saïed s’est attribué les pleins pouvoirs après avoir suspendu le Parlement fin juillet.   

  • Katalin Kariko, mère des vaccins à ARN messager 

Katalin Kariko a contribué au perfectionnement de la technologie dite de l’ ARN messager , ce qui a permis la mise au point des vaccins de Pfizer et Moderna pour lutter contre le Covid-19. Elle a sauvé des milliers de vies grâce à ses travaux pionniers sur les vaccins à ARN messager.  

Cette biochimiste d’origine hongroise n’a pas toujours été reconnue. Dans les années 1990, alors qu’elle travaillait aux États-Unis, ses demandes de financement ont été plusieurs fois rejetées. La communauté scientifique s’intéressait davantage aux recherches sur l’ADN et à la thérapie génique. 

Si elle n’a pas obtenu le Nobel cette année, Katalin Kariko a été récompensée en octobre 2021 par la Fondation L’Oréal et l’Unesco pour les Femmes et la Science. 

  • Angela Merkel quitte l’arène politique  

La plus célèbre des femmes politiques européennes a tiré sa révérence en décembre 2021, en cédant sa place de chancelière au socio-démocrate Olaf Scholz. Après 16 années à la tête de l’Allemagne, Angela Merkel quitte le monde de la politique avec une popularité au firmament.  

Connue pour sa fermeté et sa force tranquille, Angela Merkel a déployé son leadership jusqu’à devenir une figure de référence incontournable de l’Europe.  

Source : France 24